Bypass Repeated Content

Un « château de porcelaine » de rang européen

Château de la Favorite de Rastatt

Kostümbild, ursprünglich im Spiegelkabinett von Schloss Favorite Rastatt; Foto: Staatliche Schlösser und Gärten Baden-Württemberg, Steffen Hauswirth
La margrave dans des mascarades

Les portraits en costume

Les bals masqués étaient très appréciés à l’époque baroque, comme en témoignent les portraits en costumes au deuxième étage du château de la Favorite. Les petits tableaux raffinés présentent la margrave Sibylla Augusta, son mari Ludwig Wilhelm et un jeune prince dans différentes tenues costumées.

Portrait en costume de la margrave Sibylla Augusta en tenue de magicienne au château de la Favorite de Rastatt ; crédit photo : Landesmedienzentrum Baden-Württemberg, Lutz Hecker

Portrait en costume de la margrave en tenue de magicienne.

Sibylla Augusta en costumes

Les costumes richement ornés regorgent de détails raffinés tels que des étoffes à motifs fins, des garnitures de perles ou de pierres. La diversité des mascarades est également impressionnante : Sibylla Augusta se présente tour à tour en bergère, bacchante ou déesse de la chasse Diane, Hongroise, magicienne ou incarnation de l’hiver. Les costumes nationaux, les métiers et les déguisements mythologiques en font également partie. À l’origine, Sibylla Augusta avait intégré plus de 70 tableaux dans la galerie des Glaces de son nouveau château de plaisance. 56 d’entre eux ont été préservés.

Portrait en costume du margrave Ludwig Wilhelm en Turc au château de la Favorite de Rastatt ; crédit photo : Landesmedienzentrum Baden-Württemberg, Lutz Hecker

Portrait en costume du margrave en Turc.

La famille de margraves en peinture

Le margrave Ludwig Wilhelm, par exemple, apparaît dans les portraits en costume comme un « Africain » étrangement vêtu ou, en hommage à son surnom « Türkenlouis », comme un Turc. Il existe des équivalents féminins de certaines mascarades. Le prince posait en tenue de chasseur en herbe, de maure ou d’arlequin. Ludwig Ivenet a probablement peint les gouaches sur parchemin. Ceci a probablement eu lieu du vivant de Ludwig Wilhelm (1655-1707) et ainsi avant la construction du château de la Favorite. La plupart des cadres des tableaux sont peints avec un décor laqué.

Bals masqués à la cour

Les peintures illustrent l’appétence de jadis pour les fêtes costumées à la cour des margraves de Baden-Baden. À de telles occasions, la maîtresse de maison pouvait porter une tenue tout à fait différente de ses habitudes, par exemple les vêtements d’une femme du peuple. Au moins une partie des costumes a dû réellement exister – un manteau du costume persan de Ludwig Wilhelm faisait ainsi partie du butin des guerres contre les Turcs.

Sibylla Augusta kostümiert als Bacchantin, Gemälde in Schloss Favorite; Foto: Staatliche Schlösser und Gärten Baden-Württemberg, Steffen Hauswirth
Sibylla Augusta kostümiert als Gärtnerin, Gemälde in Schloss Favorite; Foto: Staatliche Schlösser und Gärten Baden-Württemberg, Arnim Weischer
Sibylla Augusta kostümiert als Sklavin, Gemälde in Schloss Favorite; Foto: Staatliche Schlösser und Gärten Baden-Württemberg, Steffen Hauswirth

Margrave Sibylla Augusta en tenue de bacchante, jardinière et esclave.

En savoir plus

Œuvres d'art et pièces
Époques stylistiques
Travail et loisirs

Veuillez sélectionner un maximum de 5 mots-clés.