Passer le continu répété
Un « château de porcelaine » de rang européen
Château de la Favorite de Rastatt
Vue de la chambre à coucher de la margrave au château de la Favorite de Rastatt 

Étoffes précieuses et cristal de BohèmeLa chambre à coucherde la margrave

Entre ses chandeliers de Bohème et ses broderies raffinées, les chambres à coucher du château de la Favorite de Rastatt étaient dotées d’un mobilier particulièrement prestigieux. L’une des pièces maîtresses en était le lit d’apparat conservé à l’état d’origine dans la chambre de la margrave.

Blason d’alliance de Baden et Sachsen-Lauenburg dans l’alcôve de la chambre à coucher de la margrave au château de la Favorite de Rastatt 

Le blason d’alliance de Baden et Sachsen-Lauenburg dans l’alcôve.

La décoration de la chambre à coucher

La chambre est un modèle d’élégance. Du stuc marmorisé brille de tous ses éclats au sol, un chandelier magnifiquement ouvragé en cristal de Bohême est suspendu au plafond. Dans l’alcôve, la grande niche séparée du reste de la chambre, se dresse le lit d’apparat de Sibylla Augusta. C’est l’endroit le plus important de la pièce, et cela est également souligné par les armoiries qui surplombent l'alcôve. Il s’agit du blason l’alliance entre Baden et Sachsen-Lauenburg – les deux familles qui s’étaient réunies au travers de l’union du margrave Ludwig Wilhelm et de Sibylla Augusta.

La chambre à coucher de la margrave au château de la Favorite de Rastatt 

La chambre à coucher de la margrave.

L’usage du lit d’apparat

Les lits d’apparat avaient une fonction exclusivement représentative dans les châteaux des princes absolutistes. Au début du XVIIIe siècle, ils étaient généralement placés avec la tête de lit contre le mur. On n’y dormait jamais, d’autres lits étant prévus à cet effet dans les chambres privées adjacentes. De conception rudimentaire, ils n’ont pas survécu à l’épreuve du temps.

Le lit d’apparat de Sibylla Augusta au château de la Favorite de Rastatt 

Le lit d’apparat de Sibylla Augusta.

Le lit d’apparat de Sibylla Augusta

Le lit d’apparat à baldaquin suspendu est recouvert de damas de soie chinoise et de brocart d’argent italien. Si le damas était décrit autrefois comme étant de teinte « céladon », un vert océan, force est de constater que cette couleur s’est aujourd’hui fanée. Les applications et les broderies en soie et en fils de métal qui ornent les tissus sont d’une qualité exceptionnelle. À l’époque de la margrave Sibylla Augusta, les tentures des murs de la chambre à coucher étaient assorties aux couleurs du lit.

34_rastatt_sf_innen__lmz325079_paradeschlafzimmer.foto-ssg-arnim-weischer_crop1196x666.jpg

Les tentures d’origine conservées du lit, comme ici sur la paroi arrière du lit d’apparat, sont décorées de broderies et d’applications raffinées.

Mehr erfahren

Personnalités

Œuvres d'art et pièces

Travail et loisirs

Veuillez sélectionner un maximum de 5 mots-clés.